Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

L’excellent jeu d’horreur Alan Wake va bientôt être adapté en série TV

Stephen King, David Lynch et John Carpenter aiment ça

Nombreux sont les amateurs d’horreur à être tombés sous le charme de Bright Falls, petite ville forestière des États-Unis, perchée entre lac et montagnes, isolée du reste du monde. Entre conifères majestueux et chalets à flanc de falaise, le cadre de l’horrifique Alan Wake représentait déjà l’écrin parfait pour tisser un récit d’horreur dans la plus pure tradition de Stephen King.

Sorti en 2010, le jeu des studios Remedy (les illustres créateurs des deux premiers Max Payne) plaçait déjà la barre très haut en termes de références. Du Twin Peaks de David Lynch, sans oublier ce script qui aurait pu être hérité d’un film de John Carpenter. In the Mouth of Madness, pour être plus précis, dans lequel l’acteur Sam Neill (en pleine gloire du premier Jurassic Park) se retrouve confronté à manuscrit possédé. Un postulat qui se rapproche de celui d’Alan Wake, qui relate la descente aux enfers d’un auteur à succès venu se ressourcer à la montagne, et dont la femme va subitement disparaître. Aux portes de la folie, Alan va commencer à retrouver les pages d’un script qu’il n’a aucun souvenir d’avoir écrit. Sous ses yeux, les mots vont prendre vie, laissant place à des manifestations ténébreuses, entraînant l’écrivain toujours plus loin dans ses névroses. Dotée d’un riche univers, l’idée d’adapter Alan Wake au format épisodique est tout sauf mauvaise. Il y a en effet tout un univers à tisser, des histoires à raconter, des personnages secondaires qui méritent d’être explorés. Écrite et développée par Pater Calloway (qui a déjà bossé sur Legion, énorme mindfuck de série dont on parle allègrement dans le cinquième numéro de S!CK), vous serez heureux d’apprendre que cette série sera produite et supervisée par Sam Lake en personne, qui n’est autre que le créateur du jeu. Ce dernier ne cachait d’ailleurs pas son enthousiasme dans les colonnes de Variety : « De bien des manières, nous voyons cet univers comme quelque chose de plus grand. Alan Wake est un personnage très central, mais il y a d’autres personnalités autour de lui, comme son ami l’agent Barry Wheeler, sa femme Alice, la Sheriff Sarah Breaker et bien d’autres ». À défaut d’avoir une suite sur consoles, cette série est en tout cas ce que l’on pourrait appeler une excellente nouvelle, dont on attend désormais le même niveau de maîtrise démontré sur le jeu original.

En attendant, sachez que l’on parle d’horreur dans le prochain numéro de S!CK, notre revue pop-culture de 150 pages, sans pub, dont notre site web est l’extension. Pour recevoir la bête chez vous, avec un poster et des stickers inédits, c’est par là.

Par Fox Mulder le

Plus de lecture