Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Que les choses soient claires, il nous faudra bien plus qu’une bande-annonce avant de dire que Ad Astra a les épaules pour se frotter à la force narrative d’un Interstellar. Mais il faut l’admettre, le prochain film de James Gray rappelle sur bien des points le chef-d’oeuvre de Christopher Nolan.

On y suivra les pas de Roy McBride (ce cher Brad donc) qui va se lancer jusque dans les confins de l’univers à la recherche de deux choses : son père disparu, mais aussi la réponse à un mystère qui pourrait très bien menacer jusque la survie de la planète Terre. Lors de son voyage cosmique, il sera confronté à des révélations essentielles, aptes à remettre en cause la place de la race humaine dans le système solaire. Dans cette manière de chercher une grande révélation universelle jusqu’aux limites connues du cosmos, Ad Astra se rapproche très clairement du travail de Nolan. Mais est-ce vraiment un mal ? Pas le moins du monde. D’autant plus que le film de l’excellent James Gray (Lost City of Z) semble très vite trouver son propre ton, sa propre identité. Il sera par ailleurs doté d’un casting de haut vol, à l’image de Tommy Lee Jones (que l’on ne présente plus), ou encore Ruth Negga, dont vous avez pu apprécier la prestation incendiaire dans la série Preacher. On vous suggère de jeter un oeil à la première bande-annonce, avant son arrivée en salles le 2 octobre 2019.

Brad qui se pose les vraies questions / Crédits : 20th Century Fox, Regency

Par Fox Mulder le

Plus de lecture