Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Bon, voilà le topo. Ryan Reynolds fait du Ryan Reynolds (humour corrosif, punchlines bien senties). Michael Bay fait du Michael Bay (explosions, guns, explosions). On réunit les deux, tout le monde prend son chèque, et on rentre à la maison.

On exagère, mais c’est plus ou moins le pitch de ce Six Underground, qui réunit l’acteur phare de Deadpool et Green Lantern, avec le réalisateur de Transformers et Armageddon. Prévu pour le 13 décembre sur Netflix, le film a tout du blockbuster survitaminé des fêtes de fin d’année. Le trailer est d’ailleurs assez équivoque. Grosses basses, grosses bagnoles, robes de luxe, plans larges sur une ville immaculée, sans oublier ces répliques mises hors contextes qui cherchent la badassitude : « It’s time ! », « We answer… TO NO ONE », ou bien « The best part of being dead, is the freedom ». Bon, ceci étant dit, reconnaissons que le film a l’air de sacrément faire le boulot lorsqu’on en vient aux scènes d’actions (les courses poursuite, le coup de la piscine au sommet d’un gratte-ciel, ou bien la grenade sur un aimant géant). Six Underground a tous du gros plaisir coupable.

Par Yox le

Plus de lecture