Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Il y a un peu moins d’un an, Breaking Bad entamait son ultime saison. Les ultimes péripéties de Walter White, ce professeur de chimie devenu le plus grand producteur de méthamphétamine, à la force de son égo et de son talent. Parmi la palette de personnages secondaires qui ont marqué les téléspectateurs, Saul Goodman est l’un des plus emblématiques. Dans sa grande bonté (et surtout dans sa volonté de capitaliser sur sa série la plus populaire), AMC n’a pas hésité une seule seconde avant de donner le feu vert à une série centrée entièrement autour de l’avocat. Et aujourd’hui, on a enfin les premières informations.

2002. Six ans avant de rencontrer Walter White, Jimmy McGill est un petit avocat moyen pour qui la fin justifie les moyens. A ses côtés, et parfois contre lui, se trouve l’homme de main Mike Ehrmantraut, un autre personnage familier de l’univers de Breaking Bad (et qui a aussi fait une apparition remarquée dans la saison 5 de Community). La série ne racontera ni plus ni moins que la transformation de Jimmy McGill en Saul Goodman, l’avocat fétiche des criminels, qui n’hésite pas à truander. Et d’après les scénaristes, ce spin-off s’inscrit directement dans la lignée de la série mère avec une tonalité dramatique qui basculerait assez souvent vers l’humour noir. De quoi rassurer quant aux dernières rumeurs qui circulait et qui faisait état d’une série simplement comique, bien que rien ne soit simple quand il s’agit de Vince Gilligan, l’un des co-créateurs de Better Call Saul et le créateur de Breaking Bad.

Ce synopsis clarifie de nombreuses choses et réduira sûrement les espoirs de certains. Better Call Saul se situera en 2002. Exit donc Walter White, Jesse Pinkman et même Hank Schrader (malheureusement sous contrat exclusif pour la série Under The Dome) qui ne feront sûrement pas partie de la trame scénaristique principale. Cependant, il ne faut pas exclure cette possibilité trop rapidement pour plusieurs raisons. La première, c’est qu’on voit mal Better Call Saul sans quelques apparitions surprises pour contenter les fans de Breaking Bad. Ne serait-ce qu’un caméo de Bryan Cranston ou Aaron Paul ferait l’affaire. Après tout, en 2002, Walter White est bel et bien vivant et Jesse Pinkman est un criminel de pacotille. La seconde, c’est que Vince Gilligan et Peter Gould, d’après leurs propres paroles, ont un faible pour une narration non-linéaire. De là à dire qu’il y aura des flashback et des flashforward, il n’y a qu’un pas que nous ne franchiront pas pour le moment.

Toujours d’après les co-créateurs, plusieurs approches ont été envisagées pour Better Call Saul, dont une qui aurait fait du spin-off une série procédurale, avec une nouvelle affaire chaque semaine. Si vous croyez en une force supérieure, c’est le moment de la remercier, puisque cette approche a été abandonnée au profit d’une narration beaucoup plus proche de celle de Breaking Bad qui répondra à une seule question : comment Jimmy McGill est devenu Saul Goodman. Un domaine dans lequel Vince Gilligan excelle puisqu’il n’a eu aucun mal à fédérer l’attente et la passion en montrant l’évolution de Walter White en Heisenberg. Si une partie du casting a été dévoilée, leurs rôles restent cependant un mystère, à l’exception de Michael McKean, qui interprètera le frère de Jimmy. Leur relation sera par ailleurs l’un des piliers du show. Pour découvrir le reste, il faudra surveiller le début de l’année prochaine, puisque Better Call Saul a été repoussée à 2015. Ça, c’était la mauvaise nouvelle. La bonne, c’est que la série est déjà reconduite pour une seconde saison.

Par Sholid le

Plus de lecture