Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

The Master

Bon soldat Freudien

Film psychologique, The Master de Paul Thomas Anderson ramène sur la table un sujet oublié : le choc post-traumatique de la Seconde Guerre Mondiale. Et quoi de mieux pour illustrer les ravages mentaux que la performance époustouflante de Joaquin Pheonix dans le rôle de Freddie Quell, un ex-marine alcoolique, violent et pervers ? Névrosé et irrécupérable, un homme va pourtant tenter de le sauver.

US MARINE NOYÉ DANS L’ALCOOL

Parfois, un film se résume à l’incarnation de l’un de ses acteurs. Sans mettre à l’écart Philip Seymour Hoffman ou Amy Adams, c’est Joaquin Pheonix qui fait sûrement l’une de ses meilleures prestations à ce jour. Il interprète le rôle de Freddie Quell avec brio et en ayant perdu 15 kilos au préalable. Une maigreur qu’il a exploité afin de modifier sa façon de bouger et de se tenir. Au point de faire de Freddie Quell un baisé de la vie. Mais pour quelles raisons ? Si le film ne le montre pas, sa période en mer à défourailler du japonais lui a laissé quelques séquelles. La première, l’alcoolisme. Il a d’ailleurs inventé une potion magique à base d’essence et de divers alcools. La seconde, un corps maladif et un dos en vrac. La troisième, un cerveau complètement retourné. Freddie, un nom qui peut évoquer un serial killer, a des montées de violence qu’il ne contrôle pas, et vit très mal le fait d’être privé de sexe. Au point de doigter une femme de sable dessinée sur une plage de débarquement. Il a tout d’une bombe à retardement : imprévisible et pervers. Il est un animal, un lion au vu de son rictus, qui pourrait vous violer le cul ou vous buter sur un désaccord. Pourtant, ce qui semble le plus affecter Freddie est un chagrin d’amour, une jeune pucelle de 16 ans qu’il a rencontré avant la guerre et qu’il perdra de vue. Freddie Quell est une bouteille à la mer qu’un bateau va bientôt repêcher…

MAITRE ET ESCLAVE

Ce bateau c’est celui de Lancaster Dodd, un penseur d’une secte nommée la Cause. C’est dessus qu’échoue Freddie, et que naît immédiatement avec le gourou (Philip Seymour Hoffman) une relation de  maître et d’esclave. Ce docteur et philosophe voit tout de suite l’animal qui sommeille en Freddie. Dans une scène absolument phénoménale, il va tenter de psychanalyser le marine détraqué. Freddie doit alors répondre à une série de questions très particulières sans cligner des yeux. Outre cette scène bluffante, s’enchaînent une multitude d’expériences menées sur l’ex-soldat qui n’ont qu’un effet temporaire et incertain. Le gourou invente au fur et à mesure ses thèses au point de lasser Freddie, mais aussi le spectateur qui ne croit plus à la supercherie sectaire. En 2h17, on a donc le temps de voir le lien quasi paternel qui lie Lancaster à Freddie. Mais les deux semblent entretenir un double jeu. Freddie ne croit pas vraiment aux théories de Lancaster à cause -ou grâce- à son instinct de bête sauvage. Un instinct que méprise profondément Lancaster car il voit en Freddie un vulgaire clébard guidé par ses pulsions. Ils sont pourtant dépendants l’un de l’autre, jusqu’au jour où Freddie, comme il était arrivé par hasard sur le bateau, reprend la route sans revenir. Reste alors en suspend la question suivante : a-t-il changé ? Ou reste-t-il cet homme colérique et bestial à jamais choqué par la guerre ?

> Voir la bande-annonce de The Master

Après le chef-d’œuvre There Will be Blood, Paul Thomas Anderson continue de dénicher des sujets uniques sur l’Histoire de l’Amérique. En plus d’un récit original, la maîtrise de la mise en scène et de la photographie laisse souvent pantois tout comme la direction d’acteurs. Mais assurément, The Master tient de son mérite dans la performance de Joaquin Phoenix. Sans lui, le film n’aurait pas autant marqué les salles obscures. On peut enfin utiliser l’expression à deux sous, Pheonix renaît de ses cendres après avoir annoncé sa fausse fin de carrière en 2008.

The Master - VERDICT

Par FMA le

Plus de lecture