Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Swim Little Fish Swim

Poisson Clown

Première réalisation pour deux cinéastes, Ruben Amar et Lola Bessis, qui fabriquent un feel good movie singulier avec une prise d’images réalistes et un univers musical attrayant. Rien de mieux pour des premiers pas prometteurs.

Lilas, la protagoniste, est une artiste française en trip à New York. Elle traîne sa valise dans les milieux artistiques new-yorkais, entre un bodybuildé qui danse en rollers et un mec à poil pendu au mur pour peindre. Le temps de prolonger son visa et de présenter l’une de ses œuvres dans un musée, elle squatte chez Leeward et sa famille (femme infirmière et petite princesse de 7 ans). Leeward est un artiste qui fait de la musique électro avec des jouets. Il est un peu obnubilé par ça, au point de faire passer sa femme et sa fille après. Si la construction et le déroulement font l’effet d’une comédie romantique, le ton est moins sophistiqué et plus simple. Il n’y a pas vraiment d’histoire d’amour si ce n’est celle du couple de Leeward qui se désagrège peu à peu. Dans tout ça, la petite Lilas n’est là que pour assister à cette histoire. Elle ne perturbe jamais le cours des choses, si ce n’est pour pousser Leeward à enregistrer un CD. C’est d’ailleurs le groupe psychopop The Toys and Tiny Instruments (« Jouets et Instruments Miniatures ») qui a interprété les musiques du film. Leur musicalité était en effet en totale adéquation avec l’univers du film.

La réalisation a quelque chose d’artisanal, aussi bien dans ses thématiques que dans certaines de ses idées de mises en scène. Les personnages et les situations sont filmés de façon assez documentaire. Tout comme la ville de New York qui semble avoir fasciné les deux réalisateurs, qui lui donnent une représentation plus underground et moins « grandiose » qu’habituelle. Ils ont réussi à capter l’énergie qui émane de ses habitants. Au départ, l’intrigue devait être une sorte de docu-fiction inspiré d’une situation qu’a connue Lola Bessis. Mais ils ont laissé tomber l’idée pour faire un vrai film avec un scénario, d’où Swim Little Fish Swim ! C’est donc un long-métrage mignon dans le bon sens du terme. Lilas est mignonne à croquer dans sa naïveté, son sourire d’ange et son envie de sortir de la notoriété liée à sa mère artiste, Leeward est mignon dans sa tentative de bonté, d’anticapitalisme et de création. Et Maggie la petite fille est une petite princesse que tous les parents rêvent d’avoir. Bref, c’est un film qui fait du bien et qui n’invente rien. Si ce n’est dans ses propositions artistiques à l’intérieur même du film.

Swim Little Fish Swim - VERDICT

Par FMA le

Plus de lecture