Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Spartacus, saison 3

Veni Vidi Vici

Mais qui arrivera à le faire tressaillir ce Spartacus ? On se le demande bien. Le créateur Steven DeKnight a répondu présent une dernière fois, afin d’apporter toutes les réponses à nos questions. Après deux saisons énormes, le monsieur achève sa série avec brio, en nous proposant une saison finale explosive. Une fresque magnifique nous plongeant dans une lutte sans merci entre deux ennemis assoiffés de sang, un régal qui n’a déçu personne !

C’EST QUE DE L’AMOUR

Après s’être libéré des chaînes de leurs maîtres sadiques qui les obligeaient a combattre dans des combats funèbres, et après avoir remporté une glorieuse bataille contre des troupes romaines surentraînés, Spartacus (Liam McIntyre) et son armée de rebelles étaient parvenus à faire trembler la grande puissance de Rome. On avait donc laissé nos héros dans la fin d’une saison 2 sanglante, à la veille d’une éclatante victoire contre leurs redoutables ennemis commandés par l’arrogant prêteur Claudius Glaber. Malgré les pertes regrettables, Spartacus et ses hommes n’auront pas le choix d’affronter un nouvel ennemi, cette fois-ci de (beaucoup) plus grande taille puisque c’est le puissant Marcus Crassus qui est désigné afin de mettre fin à la glorieuse épopée de notre chef rebelle. Sous son aile de multiples légions romaines qui sonnent le début d’une véritable chasse à l’homme aussi haletante que passionnante ! Pas de doutes, Starz maitrise toujours aussi bien son show avec un récit qui plonge tête la premier dans cette incroyable lutte pour la liberté. On est constamment captivé par la rage de vaincre de ces rebelles, qui seront prêt à tout pour gagner définitivement leur liberté. Quitte a laisser des milliers de cadavres sur leurs chemin, à travers dix épisodes plus mémorables les uns que les autres.

ALEA JACTA EST

Se concentrant presque uniquement sur la traque intense de Spartacus par Crassus, le scénario croît en intensité au fur et à mesure de la saison, même si la trame générale reste assez prévisible. Voir totalement. Mais le réalisateur réussit a nous tenir en haleine grâce à certaines scènes d’un rythme endiablé et des renversement de situations vertigineux, le tout orchestré par des musiques aux tons épiques de grande qualités ! Ces scènes sont menées brillamment par le gros point fort de la saison (voir de la série), on parle bien sûr des combats ! Des joutes qui, dans cette ultime bataille, frappent très très fort. Adrénaline intense, brutalité jouissive, une violence inouïe et gore, le tout porté par les violents coups d’épées de nos anciens gladiateurs enragés, il y a de quoi frémir. Enfin les ralentis stylisés et ultra travaillés achèveront de convaincre les amoureux de peplum qui vont une nouvelle fois être servis comme il se doit ! On achève le carton plein visuel avec des environnements au top niveau. Étant tourné presque a 90 % sur fond vert, on reste quand même bluffé devant ces décors magnifiques, mais aussi par ce climat malsain, qui ne donne rien de bon.

NOS CHERS VOISINS

Les personnages marquants de la série sont bien sûr de la partie. on retrouve donc l’inflexible Crixus, le charismatique Gannicus, ou même Agron, le soldat loyal. Ces trois tourtereaux s’amèneront une certaine rivalité entre eux, qui apportera un peu de piquant au scénario. Mais on restera tout de même sceptique devant quelques personnages, comme Naevia, la femme de Crixus, ou encore l’esclave Kore. Ces dernières n’apporteront que des passages (n’ayons pas peur des mots) chiants et sans intérêts. Ce qui n’est absolument pas le cas des nouvelles têtes, qui sont pour le coup presque toutes énormes. Autre le général Marcus Crassus, on verra évoluer dans cette même lutte son jeune fils Tibérius, un jeune homme cherchant a s’imposer devant son père. Sa détermination, son envie et son effervescence feront de lui un véritable adversaire pour un certain Jules César. L’un des personnages principaux de cette saison, et l’un des meilleurs qui plus est. Charismatique, redoutable soldat et véritable chaud lapin, durant toute la saison, ce mec aura systématiquement la queue dans un vagin, mais passons la dessus. Des personnages qui seront imprégnés d’une folle vengeance, d’intentions détestables, de folies meurtrières, voire même suicidaires. Pour être honnête, les personnalités sont tellement bien traitées qu’on en arrive à kiffer le plus salaud des personnages.

Avec cette saison, Steven Deknight achève parfaitement une série où violence, vengeance et surtout rage de vaincre sont les maîtres mots. Des combats épiques dans une fresque héroïque, dont on ne peut que se lécher les babines face à tant de maîtrise. Et ce n’est pas le scénario éventuellement un peu léger, l’histoire un peu réécrite, ni même la poignée de personnages inintéressants qui vont entraver la réussite incontestable de ce final de Spartacus. Une série définitivement à ne pas louper !

Spartacus WOTD - VERDICT

Par Stupar le

Plus de lecture