Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Shameless, saison 4

Shit can Happen

Confidentielle et pourtant magistrale, la série Shameless n’a pas l’aura de Breaking Bad, ni le succès de Game Of Thrones. Et pourtant, au terme de sa quatrième saison, l’adaptation américaine de la célèbre série anglaise confirme à nouveau et signe une quatrième saison d’exception. Alliant avec une maitrise déconcertante la comédie et le drame, Shameless dévoile sans temps morts le quotidien rocambolesque des Gallagher, souvent drôle, parfois triste, sans jamais tirer sur la corde facile. Et si ce n’était pas pour l’effacement du charismatique Frank Gallagher au fil des douze épisodes, cette quatrième saison aurait décroché la note ultime.

On avait quitté la famille la plus trash de Chicago sur plusieurs points positifs. Débarrassée du turbulent Jimmy/Steve, Fiona prenait enfin sa vie en main en intégrant une entreprise. Son frère Lip partait poursuivre ses études supérieures, Ian intégrait l’armée pendant que Frank agonisait sur un lit d’hôpital, après un trop-plein d’alcool. Le répit ne fut que de courte durée pour l’ensemble des membres de la famille, pour leur plus grand malheur et pour notre plus grande jubilation. Il y a une dimension sadique lorsqu’on prend la peine de s’attarder sur cette série. On prend un malin plaisir à regarder ces personnages trébucher, se relever, pour retomber plus bas, à l’image de Fiona, la chef de famille destituée rapidement de son trône. Plus les personnages tombent bas, plus la série est prenante. Autant dire tout de suite que les choses vont très vite partir en couilles dans cette quatrième saison, au point de remettre en cause l’avenir de certains personnages. C’est le cas de Frank, le père de famille alcoolique interprété par l’excellent William H Macy, qui frôle la mort pendant toute la saison en attendant une greffe de foie. Et avec la réputation des scénaristes, qui n’hésitent pas à se débarrasser d’un personnage encombrant comme une vulgaire ordure, le calvaire de Frank n’en devient que plus vibrant et effrayant.

Les péripéties sont nombreuses dans Shameless, les temps morts se font rare, tout comme l’ennui pour le spectateur. Autrement dit, il n’y a aucun déchet dans cette saison, tout comme dans la série dans son ensemble. Chaque épisode apporte son lot de retournement de situation, de répliques bien placées, de scènes bien gênantes, de moments émouvants. Cette quatrième saison signe l’arrivée de nouveau personnages, comme le patron BCBG de Fiona et son frère qui est tout l’opposé ou encore la colocataire de Lip, un personnage plutôt intéressant qui ajoute un peu de piment. Mais le personnage qui réussi le mieux son entrée dans cette saison, c’est Samy, la fille cachée de Frank et son rejeton qui carbure aux glucides et surtout au gluten. Les scènes qui réunissent ces trois personnages font partie des meilleures de cette cuvée. Et dans cette profusion de personnages et d’événements, on en oublierait presque de parler de la relation tumultueuse entre Ian et Mickey qui tutoie les sommets pour s’achever dans l’apothéose. Des personnages attachants, voilà ce qui ressort avant tout de Shameless, pour peu que vous soyez capable de ressentir de l’empathie pour une famille qui fait souvent les mauvais choix, mais qui ne manque jamais de cœur.

Tournez la page pour découvrir notre « Spoil Zone », un espace réservé à ceux qui ont vu la fin, et qui revient sur des événements clés tout en spoilant allègrement.

Shameless S04 - VERDICT

Page 1 sur 212

Par Sholid le

Plus de lecture