Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

La Chasse

Pédophile présumé coupable

Nous sommes tous potentiellement pédophiles. C’est du moins ce que  le film, La Chasse (de Thomas Vinterberg), affirme quand un homme innocent se retrouve accusé d’actes les plus ignobles à cause d’une enfant très imaginative. Mais après 1h51 de tension, la vérité n’est toujours pas établie. Preuve que la pensée agit comme un virus quand il s’agit de rumeur, et comme une boîte de pandore quand il s’agit de garder en son sein les pires maux de l’humanité.

BOITE DE PANDORE

La question ne se pose plus vraiment. Un enfant peut mentir et il le fait souvent. La seule différence avec un adulte c’est que ce n’est pas forcément inscrit dans un but voulu de manipulation ou de dissimulation. Non, le petit bambin croit vraiment ce qu’il dit même si c’est faux. En d’autres termes quand un enfant se dédouane d’une bêtise, il prend ses rêves pour une réalité. « Maurice, tu pousses le bouchon un peu trop loin ». Disait le gamin accusant son poisson rouge d’avoir mangé sa crème chocolat.  N’oublions pas non plus qu’il faut des années à un petit pour parvenir à distinguer l’imaginaire du réel. Il est habité par une pensée magique, c’est-à-dire qu’il prête à ses pensées un pouvoir tout puissant. Lorsqu’il bâtit ses rêves, les lois de la réalité n’existent plus pour lui. C’est sûrement pour ces raisons là, que Klara, petite blonde peut-être perturbée va déclarer que Lucas (Mads Mikkelsen) lui a montré son « zizi ». Il y a ça et il y a peut-être autre chose, dénoncée subtilement par le réalisateur. Le rôle des images perturbantes présentes sur le net. Lorsque son frère et un ami sortent de leur chambre en rigolant et affichant sur une tablette numérique des photos à caractère pornographiques et l’exhibant violemment à la petite Klara. Il y aussi ses parents qui ne savent jamais où est leur fille.  Ces derniers iront jusqu’à pousser leur fille dans son mensonge et, quand cette dernière se rétracte, débute alors un cercle vicieux.

QUAND L’INSTINCT GRÉGAIRE TUE

L’histoire des moutons de Panurge, tout le monde la connait ? Oui. Et les jugements arbitraires du Moyen-Age ? Les femmes exécutées pour avoir couché avec des Allemands à la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Cela ne date pas d’hier que les hommes se comportent comme des brebis sans réflexion quand il s’agit d’accuser quelqu’un. « Brûler la sorcière, brûler la sorcière », crie le villageois avant que tout le village se range à ses côtés et se mette en direction de la maison d’une femme seule vivant avec ses chats. Elle brûla, en effet. La Chasse c’est tout ça sans les chats, la sorcière et le Moyen-Age etc. Ici c’est une rumeur de pédophilie qui prend le dessus sur le raisonnement et la discussion. Lucas surveille les enfants de la maternelle de son village. Rien de bien suspect dans son comportement si ce n’est sa coupe au bol et ses lunettes. Mais pas de délit de faciès, Lucas joue avec les petits sans ambiguïté. Son seul défaut c’est de raccompagner la petite Klara chez elle quand celle-ci se perd. Petite fille qui va tomber amoureux de ce grand monsieur qui est le seul à se préoccuper d’elle. Lucas lui explique que l’amour c’est pour papa et maman. Ce rejet amène la jeune fille à inventer une histoire tout droit sortie de son imagination. Comme vous le devinez, s’en suit une véritable escalade psychologique et révoltante contre Lucas qui va petit à petit péter un câble jusqu’au magnifique moment tragique dans l’église où le protagoniste pleure, sourit nerveusement, s’énerve et fait exploser sa fureur intérieur. Bouleversant.

> Voir la bande-annonce de La Chasse

14 ans après Festen et le thème de l’inceste, Thomas Vinterberg signe une nouvelle œuvre cinématographique remarquable d’émotion à la fois glaçante, effrayante et captivante parfois presque insoutenable. On pourra tout juste reprocher au film de rester prévisible de bout en bout mais après tout, la surprise est ailleurs…

Par FMA le

Plus de lecture