Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

Effets Secondaires

Effets délétères

En 1878, un jeune père américain tuait son fils de 18 mois en le projetant contre un mur. En train de dormir, l’homme croyait se battre contre un monstre. Histoire troublante qui nous interroge sur nos actes inconscients pendant notre sommeil. Voilà le sujet captivant que Soderbergh met sur la table en le mélangeant à un thriller psychologique et à une dénonciation de la pathologisation de la société américaine. Qui dit mieux ?

PARANORMAL ACTIVITY

En 2000, en France, Vincent Grimler n’a que 15 ans quand il tue ses parents de 150 coups de couteau. Alors que certains iraient tout de suite incriminer les jeux vidéos, il n’en est rien car Vincent dormait quand il a commis son crime. Il fut atteint d’une forme extrême de somnambulisme. Son avocat plaida un état de « parasomnie nocturne n’ayant aucune chance de se reproduire ». C’est pour ça qu’aujourd’hui Vincent est libre. Face à ce fait divers glauque, une fiction se tisse dans Effets Secondaires avec la protagoniste Emily (jouée par l’impressionnante Rooney Mara). Une jeune femme fragile ayant des antécédents de dépression. L’histoire commence quand son mari sort de prison après un délit d’initiés. Rapidement malgré le bonheur retrouvé, la jeune Emily vit très mal et tente de se suicider dans un parking avec sa voiture. Elle va atterrir alors chez un psychiatre Dr Jonathan (Jude Law) qui va alors s’occuper de son cas. Il lui prescrit plusieurs antidépresseurs, dont un nouveau à la mode. Mais ce dernier contient des effets secondaires dont le somnambulisme. Dès les premiers instants, grâce à une subtile mise en scène, on ressent une certaine tension sexuelle dans la relation patient/docteur. Ce sentiment est en fait les prémices d’une manipulation hallucinante qui va se dérouler devant nos yeux et jusqu’au twist final absolument génial. Soderbergh maîtrise largement le suspense et les rebondissements inattendus comme lorsque la pauvre Emily se lève de son lit et commet l’irréparable pendant un état d’inconscience nocturne…

LE MEILLEUR DES MONDES

Même si la trame psychologique et le thriller sont le point d’orgue du film (on ne peut en parler plus au risque de vous gâcher toute surprise), Effets Secondaires n’est pas juste un divertissement. C’est aussi l’occasion de dénoncer et de faire un constat d’une société américaine qui effraie, notamment dans le secteur médical. Déjà que le système de santé fait légèrement peur, la sur-médicamentation est aussi troublante. Aux États-Unis, les médicaments sont tout à fait normalisés, ce qui conduit inexorablement à une auto médicalisation généralisée. Pourquoi ? Il existe des supermarchés de médicaments où les familles américaines viennent remplir leurs caddies de tout ce qui ne nécessite pas d’ordonnance. Ensuite parce que la publicité américaine est bourrée de spots qui poussent à en acheter et qui poussent également au comportement hypocondriaque. C’est d’ailleurs surtout ça que met en avant le film à travers une pub pour un antidépresseur. La publicité est gênante sur plusieurs points car elle prédit une dépression (maladie plutôt grave) à quelqu’un qui a simplement une tristesse passagère. C’est à partir de ce constat, qui interdit au final d’être triste (comme dans le roman d’Huxley Le Meilleur des Mondes), que le scénariste et Soderbergh ont décidé de réaliser le long-métrage. C’est tout ce côté ultra passionnant que met en exergue Effets Secondaires en plus de la trame principale captivante. Un thriller psychologique très efficace qu’on vous conseille honnêtement, et encore plus si vous aimez New York car les plans de la ville donnent une âme austère et moderne géniale au film.

VOIR BANDE-ANNONCE RVLG

Film hitchcokien par ses rebondissements et son suspense, cette « préquelle » au film Contagion (où l’épidémie envahissait les États-Unis) met en scène des individus qui s’affrontent grâce à leur intelligence et leur sens de la manipulation. Effets secondaires ne manque pas de rythme et de tripes et nous permet de redécouvrir une actrice époustouflante : Rooney Mara qui fait une performance bluffante de douleur, de compassion, de folie et de perversion.

Effets Secondaires - NEWS02

Par FMA le

Plus de lecture