Pour améliorer votre expérience , nous utilisons des cookies sur notre site Web.
Si vous continuez à naviguer sur ce site, vous acceptez d'utiliser des cookies sur le site Internet Sick Magazine . Ok En savoir plus

22 Jump Street

Homo refoulé

C’est la suite du duo qui ne cesse de mobiliser les foules. D’un côté Jonah Hil, depuis son rôle épique et drôle dans Le Loup de Wall Street. De l’autre Channing Tatum vue dans Magic Mike, Effets secondaires, et bientôt le film des créateurs de Matrix. L’un mise tout sur son physique, ex-chippendale, l’autre sur son humour, éternel petit gros. Le résultat est explosif, même si parfois cela manque clairement de subtilité.

Pour ceux qui ont déjà vu 21 Jump Street, ici c’est le même principe. Deux flics un peu nazes sont envoyés pour s’infiltrer dans une université américaine afin d’arrêter le trafic d’une drogue appelée Wi-fi. Oui comme le réseau internet, vous imaginez déjà la blague. La difficulté de cette mission, c’est de trouver le fournisseur alors que les deux policiers passent leur temps en cours en amphi, en soirées alcoolisées et en Spring Break. Mais Jump Street c’est avant tout un film sur l’homosexualité, ou plus sérieusement sur la bromance. La romance entre potes/frères (bro) qui se traduit par des regards langoureux, musiques à base de violons et messages subliminaux. Les deux héros apportent d’ailleurs énormément au film, au point d’en être quasiment les scénaristes. Channing joue son propre rôle entre Parkour, danse et football américain. Son physique est d’ailleurs toujours autant au service du film. Jonah Hill, de son côté, foudroie avec son humour de coincé à 30 ans. Vous l’aurez compris, l’humour repose donc essentiellement sur le décalage entre les deux personnages. Ils ont imposé leur style pour chaque séquence / blague du film. Ils n’ont cessé d’improviser lors du tournage, et ça se voit. À tel point que l’un des réalisateurs était obligé de leur rappeler ce qu’il fallait tout de même tourner par rapport au script…

Pour rappel, 21 Jump Street est un recyclage d’une vieille série TV éponyme. Diffusée dans les années 90, elle a vu dans ses rangs l’acteur Johnny Depp qui avait fait un caméo dans le premier opus. Cela représentait donc une idée un peu folle et risquée de parodier cette série culte et surtout d’en faire deux films. Pourtant, les réalisateurs n’ont pas hésité à retenter le pari après le succès du premier long-métrage. 22 Jump Street est extrêmement drôle à cause de la relation faussement homosexuelle des deux protagonistes. Mais l’atout est aussi du côté des personnages secondaires, souvent absurdes. Ils viennent donner beaucoup de rires avec des répliques bien cinglantes et souvent à caractère sexuel. Mais la médaille du comique revient au rappeur Ice Cube qui joue le père en colère dans une scène déjà culte, à base de haricots et de homards. Malgré ces fous rires, on finit cependant par être saoulé au bout des deux heures. La bromance est beaucoup trop redondante, ainsi que les gags. Mais c’est peut-être aussi en partie à cause de la liberté laissée aux deux stars principales que la lourdeur se ressent. Comme de bons vieux potes qui font des blagues et qui ne savent pas s’arrêter. La somme d’argent dépensée (50 millions de dollars) donne aussi un aspect boulimique au film. Il n’y a aucune limite. Mais le rire est là donc objectif est rempli. Un seul conseil : ne pas voir le 1 et 2 à la suite. L’overdose serait fatale.

22 Jump Street - VERDICT

Par FMA le

Plus de lecture